Maladetta

Maladetta sie tu antica lupa ! textes malades

Accueil > historique de plongée en enfer en France > Collapsologie #01-01

Collapsologie #01-01

mardi 10 septembre 2019, par djeleas

Collapsologie #01-01

Quand on parle de collapsologie, on parle de vide, de mort, de vacuité, d’effondrement, qui n’est autre que le thème de la finitude.
C´est la boite de Pandore, le secret préservé, personne ne peut se permettre décemment de parler et de prétendre détenir la vérité sur ce dont on ne connaît pas. S’ils le font, et ils le font inévitablement, on assiste à la naissance du pouvoir. Du pouvoir définit comme la naissance et le maintient d´un leadership, d´un ascendant, basé sur la peur, qu´il vient réconforter, combler. La peur primitive, instinctive, inconsciente de la mort. Prendre le leadership par la peur de la mort c´est pitoyable. Qui s´approprie un discourt sur la mort vous mène à la mort.
Un point Godwin ici, les Duces, les Führers, les guides, les pontifes, ont tous su ce qu’apportait de pouvoir absolu du fait d’avoir un discours sur la finitude. À parler, à professer, comme s’ils savaient quoi que ce soit dans ce grand néant. Tous firent des tambouilles immondes, de concepts, de cultures, d’idiotie, pour appuyer une seule chose ; la force de conviction, le charisme, le contrôle, la propagande, en bref ; la fascination.
L´« effondrement » général, vide de sens, profondément a-scientifique est, de base, un sujet philosophique fascisant, pour peu que de mauvaises personnes s´en saisissent. S´en saisir à des fins de gloire, d´amusement, de succès littéraire ou youtubesque est quelque chose de mauvais.
Tout comme les « survivalistes », ramassis de militaires, de frustrés, d’idiots, d’impatient, qui ont une chose en commun ; illes s’ennuient. Illes s’ennuient pour plusieurs raisons ; tout d´abord de par leur privation de biens, de liberté, d´espaces, de contact avec la nature, endormis sous les lois, l´immobilisme, le silence individuel que la mondialisation de l´information, politique et commercial leur a apporté. Ces gens comblent leur ennui profond sans jamais, toutefois, reconnaître quelconque cause à cet ennui. Dans l´irrationnel complet, voilà une décennie qu´ils s´arment aux quatre coins des pays aussi civilisés qu´emmerdants, et attendent, tant qu´on dirait qu´ils l´appellent, LA grande catastrophe, le post-apocalyptique, où enfin ils auront un rôle à jouer. Ils s´imagineront alors, à leur échelle, super-héros, comme l´homme qui tourne ses merguez dans son jardin de banlieue pavillonnaire. Ils n´admettront jamais qu´ils l´appellent cette catastrophe.
Contrairement à un anarchiste ou un nihiliste, qui lui/elle passe sa vie à assumer l’appel de « catastrophes » d’un autre type ; ciblées, volontaires, murement réfléchies. La finitude, la fin des choses, la destruction, les révolutions, le feu, les explosions, oui, voulues, de manière consciente, car les frustrations ont été reconnues, ainsi que les ennemis et les causes. Des directions ont ici été tracées ; tout, mais pas de l’ignorance. Pas comme les collapsologues, ces frustrés, qui, au contraire de détruire (pour faire jaillir de l´espace salvateur). Tout au contraire, dans l´affolement, les peurs aussi nombreuses que ces milliards, vont tout faire pour préserver les sociétés, les lois, le nombre, les consommations, les propriétés, les fois, les ignorances, l´argent.

Aussi, il y a un problème de terme. Niaiserie ou foutage de gueule, d´avoir forgé un nouveau terme qui ignore complètement toute l´histoire et les connaissances eschatologique. J´opte pour le foutage de gueule détestable, À finalité de créer un effet de com´, de nouveauté, etc .
https://fr.wikipedia.org/wiki/Eschatologie « le discours sur la fin du monde ou la fin des temps »

« extinction » ; De l´espèce humaine, on peut dire beaucoup de choses, tout, sauf qu´elle est en voie d´extinction. Les corps de patrimoines génétique semblables dits « humains » n´ont eu de cesse de se multiplier, de croître exponentiellement, jusqu´à bientôt un milliard d´individus de plus tous les ans. La population qui double tous les 25 ans, depuis deux siècles à présent, tel que prédit par l´observation de Malthus, a atteint une foule invraisemblable qui n´est vraiment pas prête à décroître.
Parler alors d’extinction, lorsque cette affirmation est posée par des gens qui se définissent par leur espèce, de manière anthropocentriste, est soit niai, soit, raisonnablement ; du foutage de gueule. L’humain n´a jamais été aussi nombreux, contrairement aux milliers d´espèces déjà disparues par l´anthropocène. Non, ce n´est pas toi, ta famille, ton héritage, tes valeurs qui vont être en voie d´extinction ; c´est tout ce qui n´est pas de la communauté humaine.

« effondrement » ; Il faudrait déjà que quelque chose eut été construit. Or, je n´ai vu que capitalisme ; sauvagerie pure, libéralité de compétition, de profit. Je n´ai vu qu´opportunisme, qu´entreprenariat. Je n´ai vu qu´absence d´éthique, qu´urgence, qu´immédiateté dans un impensé vertigineux. Ainsi qu´État de fait, de préservation, de conservatisme, qu´immobilisme, que soldats de plomb, qu´immuabilité dans cet aléatoire.
Rien ne s’est construit, rien ne peut s’effondrer.
Deleuze nous a appris que le rhizome capitaliste est un des plus adaptables, indestructible, que ses flux a-centrés ne peuvent pas, de fait, s’effondrer.

« rébellion » Encore un mot dans le vent. Il suffit de survoler ce témoignage pour s´apercevoir de leur travail main dans la main avec la police. Plutôt léger comme rébellion… https://mars-infos.org/extinction-rebellion-ce-n-est-pas-4242

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.